start » de en es fr    >> back

Hunger Strike at UN in Geneva

by source: Geneva - 02.12.2004 17:58

ENGLISH / FRANCAIS / ESPANOL

HUNGER STRIKE BY INDIGENOUS' PEOPLES DELEGATES
IN THE UNITED NATIONS IN GENEVA
 

image source: UNHCHR publ. on indigenous people
image source: UNHCHR publ. on indigenous people

Monday 29th of November

Saúl Vicente read the Declaration to announce a Hunger Strike by 6 Indigenous' delegates from different organizations in the plenary room, supported by over 120 organization and Peoples from around the world. States and Indigenous Peoples representatives were very surprised by the action taken by the Indigenous Peoples representatives. They have never seen such an action made by Indigenous Peoples delegates who have been coming to the UN for many years. The action created immediate concern by representatives of the United Nations, and a large outpouring of media and press attention.

The security of the UN met with the hunger strikers and they decided that they could stay inside the plenary room even though the Russian Federation expressed disagreement with the action and they requested the strikers be expulsed. The Chairman of the Working Group Luis Chavez also did not make an objection to their continued presence in the room and in fact expressed that he recognized their right to take this action.

The High Commissioner on Human Rights of the UN Mrs. Louise Arbour was immediately informed by the Office of the High Commissioner, and she requested that her representative meet with the hunger strikers as she has to travel out of the country that afternoon. Julian Burger arranged this initial meeting between two representatives of the hunger strikers, Saul Vicente and Andrea Carmen, with her representative Mr. Dzidek Kedzia, RRDB, from the Office of the High Commissioner for Human Rights and also with
Ulrich Von Blumenthal, Legal Adviser UNOG present. The purpose was to clarify the purpose and objectives of the hunger strike and the concerns of the Indigenous Peoples represented and supporting about this process, as well as their commitment to the adoption of the original text of the Declaration as the minimum standard they could agree to defend and protect their rights.

The representative of the High Commissioner offered to arrange a meeting for the next day with the Vice president of the Commission on Human Rights, as the President was out of the country, but had been informed and agreed that this meeting should take place, so that the CHR could be informed of the concerns of the Indigenous Peoples directly.

Many supports' declarations begin to arrive from many Indigenous' peoples and no Indigenous organizations from the entire world.

Many interviews were conducted by radio, newspapers and TV, with many reporters coming to the back of the conference room where the hunger strikers had laid out a red and white blanket to sit on.

Tuesday 30th of November

The hunger strike is going on.

Meetings took place between all 6 hunger strikers and the Vice President of the Human Rights Commission Mr. Gordan Markotic.

Many supports' from around the world letters arrive, and are given to the countries from which they are originated and to the Secretariat.
 http://www.converge.org.nz/pma/in301104.htm


Grève de la faim de délégués de peuples autochtones aux Nations Unies à Genève

Lundi 29 novembre

Saúl Vicente a lu au cours de la séance plénière la déclaration annonçant que six délégués autochtones de différentes organisations entamaient une grève de la faim, avec le soutien de plus de 120 organisations et peuples du monde entier. Les Etats et les représentants des peuples autochtones ont été très surpris de l'action menée par les représentants des peuples autochtones. Ils n'avaient jamais vu une telle action de la part de délégués de peuples autochtones qui viennent aux Nations Unies depuis de nombreuses années. L'action a aussitôt suscité l'intérêt des représentants des Nations Unies et a attiré la grande attention des médias et de la presse.

Les agents de la sécurité des Nations Unies ont rencontré les grévistes de la faim et ont décidé qu'ils pouvaient rester dans la salle plénière malgré le désaccord de la Fédération de Russie concernant cette action, demandant que les grévistes soient expulsés. Luis Chavez, le Président du Groupe de travail, n'a soulevé aucune objection à ce qu'ils restent dans la salle et a déclaré en fait qu'il reconnaissait leur droit à mener cette action.

Le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Mme Louise Arbour, a été immédiatement informée par le Haut Commissariat et a demandé que son représentant rencontre les grévistes de la faim car elle devait quitter le pays dans l'après-midi. Julian Burger a organisé cette première rencontre entre deux représentants des grévistes de la faim, Saúl Vicente et Andrea Carmen, et son représentant M. Dzidek Kedzia, chef du service de la recherche et du droit au développement, du Haut Commissariat aux droits de l'homme et également avec Ulrich von Blumenthal, Conseiller juridique à l'ONUG. Il s'agissait de clarifier le but et les objectifs de la grève de la faim et les préoccupations des peuples autochtones représentés et de soutenir ce processus, ainsi que leur engagement à adopter le texte original de la Déclaration comme la norme minimale sur laquelle ils pourraient être d'accord pour défendre et protéger leurs droits.

Le représentant du Haut Commissaire a proposé d'organiser une réunion le lendemain avec le Vice-Président de la Commission des droits de l'homme, car le Président n'était pas dans le pays, mais il en avait été informé et avait donné son accord à la tenue de cette réunion, afin que le Centre pour les droits de l'homme puisse être informé directement des préoccupations des peuples autochtones.

De nombreuses déclarations de soutien émanant d'un grand nombre de peuples autochtones et d'organisations non autochtones du monde entier ont commencé à arriver.

Beaucoup d'interviews ont été réalisées par la radio, les journaux et la télévision et plusieurs journalistes sont venus à l'arrière de la salle de conférence où les grévistes de la faim avaient posé une couverture rouge et blanche sur laquelle ils étaient assis.

Mardi 30 novembre

La grève de la faim continue.

Des réunions ont eu lieu entre les six grévistes de la faim et le Vice-Président de la Commission des droits de l'homme, M. Gordan Markotic.

De nombreuses lettres de soutien arrivent du monde entier et sont remises aux pays d'où elles proviennent ainsi qu'au Secrétariat.

HUELGA DE HAMBRE DE LOS DELEGADOS DE LOS PUEBLOS INDIGENAS EN LAS NACIONES UNIDAS EN GINEBRA

Lunes 29 de Noviembre

Saul Vicente leyó en la asamblea plenaria la Declaración que anunciaba la huelga de hambre de 6 delegados indígenas de distintas organizaciones, apoyada por más de 120 organizaciones y pueblos de todo el mundo. Esta acción llevada a cabo por los representantes de los pueblos Indígenas sorprendió a los representantes de los Estados y de los pueblos Indígenas. Nunca antes habían visto a delegados de los pueblos Indígenas que llevan viniendo a las Naciones Unidas durante muchos años llevar a cabo una acción
parecida. Esta acción ha creado una preocupación inmediata a los representantes de las Naciones Unidas, y ha suscitado una gran atención entre la prensa y los medios de comunicación.

Los agentes de seguridad de Naciones Unidas tuvieron una reunión con los huelguistas en la que se decidió que podían seguir en la sala de la sesión plenaria a pesar de que la Federeación Rusa había expresado su desacuerdo con la acción y había pedido que expulsaran a los huelguistas. El Presidente del Grupo de Trabajo, Luis Chavez, tampoco se opuso a su presencia en la sala reconociendo el derecho de los huelguistas a llevar a cabo esta acción.

La Oficina del Alto Comisionado informó inmediatamente a Lousie Arbour, Alta Comisaria de las Naciones Unidas para los Derechos Humanos, quien pidió a su representante que se reuniera con lus huelgiustas puesto que ella tenia que viajar por la tarde fuera del pais. Julian Burger preparó esta reunion inical con dos representantes de los huelguistas, Saúl
Vicente y Andrea Carmen, con su representante Sr. Dzidek Kedzia, RRDB, de la Oficina del Alto Comisionado de Naciones Unidas para los Derechos Humanos juntamente con Ulrich Von Blumenthal, Asesor Legal de ONUG. El objetivo era clarificar el proposito y los objetivos de la huelga de hambre y las preocupaciones de los pueblos Indígenas que representaban y apoyaban este proceso, así como su compromiso en adoptar el texto original de la Declaración como lo mínimo que aceptarían para defender y proteger sus derechos.

El representante del Alto Comisionado se ofreció a preparar una reunión para el día siguiente con el Vicepresidente de la Comisión de Derechos Humanos, puesto que el Presidente estaba fuera del país, pero quién ya había sido informado y aceptado que dicha reunión tuviera lugar, de modo que el CDH pudiera estar informado directamente de las preocupaciones de los pueblos Indígenas.

Numerosas declaraciones de apoyo están llegando de toto el mundo provenientes de muchísimos pueblos Indígenas y organizaciones no Indígenas.

Se llevaron a cabo varias entrevistas en la radio, en los periódicos y en la TV, provenientes de periodistas que estában en e fondo de la sala de conferencias dónde los huelguistas habían dejado una manta roja y blanca sobre la que se sentaban.

Martes 30 de Noviembre

La huelga de hambre continúa.

Los 6 huelguistas se reunieron con el Vicepresidente de la Comisión de los Derechos Humanos, Gordan Markotic.

Numerosas cartas de apoyo llegan de todas las partes del mundo y se entregan a los países de donde provienen así como al Secretariado.

 http://chiapas.mediosindependientes.org/display.php3?article_id=109969
 http://www.jornada.unam.mx/2004/nov04/041127/014n2pol.php
mp3 Red con Voz:  http://www.redconvoz.org/gloobal/gsounds/3484_200411301.mp3


Des militants autochtones en grève de la faim au siège de l'Onu à Genève

GENEVE, 29 nov (AFP) - Sept militants autochtones ont entamé une grève de la faim au siège de l'Onu lundi à Genève, afin de protester contre le risque d'affaiblissement du projet de déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, qui doit être discuté cette semaine.
Les militants, représentant des peuples du Canada, du Chili, des Etats-Unis, de Guyane française et du Mexique, estiment qu'après dix années de discussions à l'Onu, "certains Etats" cherchent à "affaiblir et saper" le projet préparé par le groupe de travail ad hoc de l'Onu.
Ce texte, qui constitue une "norme minimale de protection" aux yeux de ces militants, a été adopté en 1994 par une sous-commission de l'Onu sur la prévention de la discrimination et la protection des minorités.
"Nous ne permettrons pas que nos droits soient entamés, marchandés ni compromis par ce processus onusien", ont affirmé les grévistes dans une déclaration remise à la presse.
Les grévistes, soutenus par une centaine d'associations, ont particulièrement critiqué la Russie, accusée d'avoir dénaturé l'article 3 du projet avec l'ajout d'une phrase subordonnant le droit à l'autodétermination des peuples autochtones "aux dispositions constitutionnelles des Etats concernés", a expliqué le gréviste mexicain Saul Vicente.
Selon lui, cet ajout a été soutenu par les Etats-Unis et le Royaume-Uni et dans une moindre mesure par la France.
Le texte devait en principe être adopté cette semaine par le groupe de travail, qui réunit des Etats et des représentants autochtones, avant d'être transmis pour adoption par la Commission des droits de l'Homme au printemps prochain. Il pourrait ensuite être soumis à l'Assemblée générale de l'Onu et devenir une résolution.
Cette polémique intervient à la fin de la Décennie Internationale que les Nations unies avaient consacrée, depuis 1994, à la "promotion et à la protection des droits des peuples indigènes".
Il existe dans le monde 5.000 peuples autochtones, représentant environ 300 millions de personnes, soit 5% de la population mondiale, disséminée dans quelque 70 pays. 80% d'entre eux vivraient aujourd'hui en deçà du seuil de pauvreté.

Le Courrier, SIMON PETITE, Date: Mardi, 30 novembre 2004
Les peuples autochtones en viennent au jeûne

GENÈVE - A l'ONU, les représentants des peuples indigènes dénoncent le blocage d'un texte censé garantir leurs droits. Et entament une grève de la faim.

Ras-le-bol de se faire mener en bateau. Les peuples autochtones attendent depuis plus de vingt ans un traité international garantissant leurs droits. En 1982, ils obtenaient de l'ONU un groupe de travail, puis une déclaration approuvée par la Sous-commission des droits de l'homme en 1994. Depuis, plus rien. Le Groupe de travail, qui se réunit une énième fois cette semaine à Genève, piétine. La faute à une poignée d'Etats qui remettent en question les acquis de la déclaration de 1994, accusent les indigènes.
Hier matin, sept délégués autochtones ont commencé une grève de la faim d'une semaine. Ils resteront dans la salle de réunion du Palais des Nations. Soutenus par l'ensemble des organisations indigènes, les grévistes réclament que la fameuse déclaration soit transmise telle quelle à la Commission des droits de l'homme, étape indispensable pour devenir un traité obligatoire.
Cette issue – encore lointaine – constituerait une reconnaissance des «siècles de destruction» des peuples autochtones, estime Adelard Blackman, au nom de la nation Dene au Canada.
Au lieu de cela, «le Groupe de travail est en train de marchander nos droits», dénonce Andrea Carmen, qui représente une tribu indienne d'Arizona. La gréviste de la faim désigne les Etats-Unis, le Canada, l'Australie, la Nouvelle Zélande et la France. Ces Etats entendent notamment gommer ou atténuer toute référence au droit à l'autodétermination au nom du principe d'intégrité territoriale.
«Je ne connais aucun délégué autochtone qui réclame la sécession», rétorque Mme Carmen. «Nous voulons des droits sur les terres où nous vivons depuis des temps immémoriaux. La déclaration de 1994 était déjà le fruit d'un compromis, minimal à nos yeux. Que certains Etats reviennent là dessus, c'est inacceptable!»


RASSEMBLEMENT VENDREDI

Les représentants autochtones ont reçu le soutien du conseiller administratif en charge des affaires culturelles Patrice Mugny qui recevra demain une quinzaine de délégués.
De son côté, Indigenève, l'association qui relaye le combat des autochtones, convie à un rassemblement vendredi de 13 h à 15 h sur la Place des Nations. Selon Indigenève, les peuples premiers méritent en effet le soutien du public. «Ils tiennent un rôle clé dans la préservation de l'environnement mondial, en proposant des alternatives à un modèle de société industrielle jugé destructeur et non-viable.»

L'URL de cet article est :
 http://www.lecourrier.ch/modules.php?op=modload&name=NewsPaper&file=article&sid=38777

Sept. 2004, La Jornada:  http://www.jornada.unam.mx/2004/sep04/040929/020n1pol.php?origen=politica.php&fly=1


>> ADD EXTRA INFORMATION

ADDITIONAL INFORMATION